Mémoires de Gail Tredwell: Radhika se souvient de Gayatri

Nous recevons cette lettre de Radhika, dévote de longue date et résidente de l’ashram.

Je m’appelle Radhik Nair et je sens qu’il est important de raconter ce que j’ai à dire et ce que j’ai vécu avec Amma et avec Gail Tredwell.

Notre famille, c’est-à-dire mon mari, nos deux enfants et moi connaissons Amma depuis 1989. Nous vivons à l’ashram depuis 21 ans ; à peu près le même nombre d’années que Gail Tredwell a passé à l’ashram.

J’ai été dans l’intimité d’Amma et de tous les sannyasis, et donc de Gail. J’ai bien souvent dormi dans la même chambre que Gail. Franchement je n’appréciais Gail que pour son statut – on la prenait pour le bras droit d’Amma, et à ce titre je la respectais et je l’écoutais. Je l’aurais évitée si elle avait eu un statut différent. Elle était très dure, extrêmement manipulatrice et très très autoritaire.

Au début des années 90, je voyais en elle quelqu’un de très dévoué, travailleur et qui ne ménageait pas sa peine. Malheureusement, il semble que ses défauts l’aient emporté et que ses qualités aient commencé à décliner et même à disparaître complètement. Je me souviens d’avoir été choquée à de nombreuses reprises d’entendre quelqu’un qui avait été si proche d’Amma pendant si longtemps être aussi négatif sur tout.

Je me souviens encore comme si c’était hier de ce qu’elle m’a dit, tant ses paroles m’ont choquée et bouleversée. « J’adore par-dessus tout voir les enfants souffrir. » A partir de ce moment, j’ai compris qu’elle était profondément dérangée et déséquilibrée. Nous avons souvent été très proches l’une de l’autre. Elle m’a parlé à cœur ouvert à plusieurs reprises et m’a dit en pleurant qu’elle avait eu une enfance très malheureuse et se sentait profondément déprimée.

Amma ni personne d’autre n’a jamais forcé quiconque à rester à l’ashram. Tous ceux qui le désirent peuvent prendre la porte à n’importe quel moment. Si par la suite, ils veulent revenir à l’ashram, c’est également possible. Quelques brahmacharis ou brahmacharinis qui se sont mariés continuent à travailler dans les institutions d’Amma. A dire vrai, Gail aurait pu partir en plein jour en passant par la porte de devant.

Depuis le départ de Gayatri, cela fait 14 ans, je suis souvent avec Amma dans sa chambre, je fais quelquefois le même travail que Gayatri au service d’Amma ; j’y ai passé un nombre incalculable de nuits. Je prépare à manger pour Amma et je rends aussi d’autres services. Les moments que je passe ainsi auprès d’Amma ont toujours été des moments de pur bonheur. Si le genre d’allégations que Gail fait dans son livre était véridique, j’aurais été  bien placée et je le suis encore pour en être témoin. Je n’ai jamais rien vu qui corrobore ses dires.

Radhika Nair

Le texte en Français reprend quelques extraits du texte original en Anglais que vous trouverez en cliquant içi.

Have comment? Let us know.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: